I. Présentation : BAJIRA CHISHUBA Anne, membre de l’organisation APSIGeV/Nindja

APSIGeV=Actions pour la Promotion Sociale et l’Intégration des Générations Vulnérables.

SA LOCALISATION :APSIGeV est située à 85 km DE LA VILLE DE Bukavu, dans le groupement IHEMBE , Collectivité chefferie de NINDJA , en Territoire de KABARE .

APSIGeV : créée Le 21 Décembre 2001 avec objectifs suivants :

ü Contribuer à l’amélioration de la production, agricole, pastorale, à travers la vulgarisation des méthodes durables qui conservent l’environnement.

ü Techniques de lutte anti –érosive (protection des champs érodés et les sites accidentés.

ü Techniques de production et intégration des arbres agro-forestiers et fruitiers, dans les exploitations agricoles et sites impropre aux cultures.

ü Sensibiliser sur la conservation de la nature intégrée au développement.

NINDJA : elle est l’une de 2chefferies qui composent le Territoire de Kabare, elle a une population de 35910 Habitants, avec une superficie de 695 km2, elle se situe entre28DEGRES 10C et 28DEGRES 45c de longitude à l’EST, et 2DEGRES 30C et 2DEGRES 50 C de Latitude Sud, Situé à 85Km à l’OUEST de la ville de Bukavu

Elle est localisée dans les plateaux et forets de Kahuzi - Biega, c'est-à-dire que les 2/3 de cette collectivité est couverte par des forets

II. LES HABITANTS DE NINDJA, LEURS MOYENS DE VIVRE ET LEURS LANGUES PARLEES

Cette chefferie est habitée par 3 tribus dont :

Les BASHI (Shi), les BATEMBO, et les pygmées (batwa)

a. LES BASHI : parlent Mashi , ils vivent des activités de l’agriculture, petit élevage, et le petit commerce

b. LES BATEMBO : parlent Kitembo, ils vivent de l’agriculture, la chasse, la pêche, creusage des minerais, (or, cassitérite, coltan)

c. LES PYGMEES : n’ont pas de langue appropriée, ils parlent la langue du milieu où ils vivent, soit Mashi ou Kitembo

Contraints de quitter l’ancienne partie du parc où ils avaient toujours vécu, ils habitent maintenant dans des petits villages situés à proximité des forets, sur les territoires BASHI et BATEMBO. Ils n’ont pas abandonné la chasse, la pose des pièges aux petits animaux, ils appliquent les mêmes techniques agricoles que les 2 tribus, ils les suppléent avec l’activité de vannerie et troc des gibiers boucanés.

L’agriculture chez les BATWA : se fait à la forme appelée

BWASA : Bail locatif d’un terrain pour une courte durée, le loyer se calcule en fonction du bénéfice réalisé et se règle par conséquent à posteriori, cela par le simple fait qu’ils n’ont pas de terre propre, différemment des BASHI et BATEMBO,

La Collectivité Chefferie de NINDJA, par son passé, et à travers les moments difficiles qu’elle a traversé, elle a eu à héberger des étrangers, les différents groupes, forces et bandes armées,

Vu sa situation géographique caractérisée par les hauts plateaux, montagnes, et forets, elle a été plongée dans une forte déforestation, destruction totale de l’environnement.

Ces forets recouvrent une grande richesse, Les animaux, les arbres chutes d’eaux, bons paysages (lieux touristiques)

Ex : LES PLANTES MEDICINALES : elles sont utilisées différemment : les feuilles, Ecorces, Fleurs, Moelles, Racines, Tiges, Fruits.

Ces plantes servent pour l’alimentation des animaux, font des médicaments pour les animaux et pour les gens

LIEUX SACRES :

Ø Forets sacrées,

Ø Rivières sacrées, (rivières qui donnent de l’eau chaude)

Ø Arbres sacrés

III. QUI SONT LES DESTRUCTEURS ?

Les destructeurs sont les habitants, ces étrangers, et les groupes et bandes armées

Ø Les habitants détruisent en cas des guerres, car ils ont tout perdu lors des pillages systématiques des biens.ils se mettent à couper les arbres pour fabriquer les braises (Makala), sciage des bois, braconnages, exploitation des minerais, feu de brousses en saison sèche pour avoir des nouveaux fourrages pour les bêtes.

Ø Les habitants détruisent par esprit de vengeance comme ils n’ont pas été consultés lors de la nouvelle extension

Ø Les Etrangers et les groupes et bandes armées : à leur arrivée, les forets ont servi comme le seul lieu pouvant leur servir comme lieu d’habitation, ils ont pratiqués l’abattage des arbres pour constructions de leurs maisons, couper les bambous, fabrique des braises, sciages des arbres pour leur survies, braconnage, coups des fusils lors des affrontements ect…

IV. CONSEQUENCES :
  1. Les érosions
  2. Infertilité du sol
  3. Conflits entre les agriculteurs
  4. Tuerie des animaux
  5. Manque de la matière en rapport avec la conservation de la nature
  6. Les animaux ont fuit à des longues distances
  7. Pas des pluies
  8. Pollution de l’air

    V. PERSPECTIVES D’AVENIR

  9. Organiser une enquête (étude) servant comme banque des données
  10. Organiser des formations en faveurs des leaders et membres de la communauté
  11. Echanges d’expériences entre intervenants (pour ceux qui interviennent à ITOMBWE et ceux de KAHUZI-BIEGA) et si possible à l’étranger
  12. APSIGeV prévoit une journée de réflexion au cours de ce mois de mai, en mémoire de nos chers (membres) que nous avons perdu lors des massacres à NINDJA, et les autres qui ont trouvé la mort, lors d’une délimitation du PARC , causée par les FDLR , tous ces événements se sont passé au cours du mois de mai.
  13. Campagne de vulgarisation sur les variétés des arbres à cultiver (cedrella, Grevelia,Eucalyptus…

    VI. OPPORTUNITE/ APSIGeV

APSIGeV a une opportunité dans cette formation car :

· La coordinatrice est une Environnementaliste de formation,

· Elle a fait une formation sur le code de la foret et le code minier

VII. CONCLUSION

CONFLIT ENTRE LE PNKB ET LA POPULATION DE NINDJA

En 1975 L’ancien parc qui couvraient la partie montagneuse a été agrandi de 600Km2 a 6000km2 par l’adjonction des forets vierges situées à plus basse altitude, on a dispose de territoires habités sans que les populations concernées aient été consultées.

NINDJA a été victime de cette extension de 1975, Parce qu’il se trouve dans cet étroit corridor qui relie l’ancienne et cette nouvelle extension.

photos des gorilles.docx

6390K Afficher au format HTML Analyser et télécharger

Take action! This post was submitted in response to Emagazine: Bridging Borders .

Comment on this Post

Comments

Bonjour Bajira Chishuba,

Je viens de traduire votre journal en anglais. C'est très intéressant. Il me donne le désir de visiter les territoires que vous décrivez. C'est bien que vous vous préoccupez de la destruction de la nature. Si je comprends bien la situation, je me préoccupes aussi des gens qui ont perdu leurs terrains. Il me parait que c'est une situation difficile pour tout le monde.

Je veux dire aussi que vous écrivez très bien en français!

Bien à vous,

Nancy Janus

Bonjour ma chère Nancy, c'est avec grand plaisir de vous lire aujourd'hui.suis très ravis de tous ce que vous avez fais comme travail pour moi,de traduire mon journal et le mettre à la portée des autres, Ainsi vous avez beaucoup contribuer à la sensibilisation de nos actions , et nous ouvrir des chances nouvelles à ce propos, Nous disons encore une fois merci infiniment pour cette propagande Je viens d’essayer d'ouvrir ce site, mais pas de succès comme c'est en anglais, j’attends la version en Français comme vous l'avez promis. Merci et au plaisir de nous rencontrer prochainement en ligne

BAJIRA CHISHUBA Anne

bajira

MARRY ROBINSON (SPECIAL ENVOY OF THE UNITED NATIONS FOR CLIMATE CHANGE)

Presentation: Anne BAJIRA CHISUBA, member of APSIGeVNindja organization

APSIGeV= Actions for Social Promotion and Integration of Vulnerable Generations

ITS LOCATION: APSIGeV is located 85 kilometers from the city of Bukavu, in the grouping of IHEMBE, community chiefdom of NINDJA, in the territory of KABARE.

APSIGeV: founded December 21, 2001 with the following goals:

*To contribute to the improvement of agricultural and pastoral productivity by means of bringing out sustainable practices that preserve the environment.

*Techniques to fight erosion (protection for eroded fields and hilly sites)

*Techniques of production and integration of agro-forestry and fruit trees in agricultural use and in improper sites for cultivation.

*To develop awareness of the conservation of nature integrated with development.

NINDJA: It is one of two chiefdoms that make up the Kabare Territory. It has a population of 35,910 inhabitants on 695 square kilometers. It is located at 28 degrees 10C and 28 degrees 45C longitude on the east and 2 degrees 50C latitude south, situated 85 kilometers west of the city of Bukavu.

It is located in the plains and forests of Kahuzi-Biega. That is to say that 2/3 of that community is covered by forests.

II. THE INHABITANTS OF NINDJA; THEIR WAY OF LIFE AND THEIR SPOKEN LANGUAGE

This chiefdom is made up of three tribes: BASHI (Shi), BATEMBO and pigmies (batwa)

a. THE BASHI: speak Mashi, live off of agricultural activities. some raising of animals and small businesses. b. THE BATEMBO: speak Kitembo, live off of agriculture, fishing, mining for minerals (gold, cassiterite, coltan c. THE PYGMEES, don’t have their own language, they speak the language of where they live, either Mashi or Kitembo

Forced to leave the old part of the park where they had always lived, they now live in small villages near the forests in the BASHI and BATEMBO territories. They have not stopped hunting; they set traps for small animals, they use the same agricultural techniques as the two tribes, they supplement them with basketry and barter smoked game.

BATWA agriculture is done by a form called…

BWASA: Land is leased for a short period; the rent is figured in relation to the benefits that are realized and consequently it is set a posteriori. That is due to the simple fact that they do not have their own land, different from the BASHI and BATEMBO.

The community chiefdom of NINDJA, given its past and the difficult times it has gone through, has had to shelter strangers, different groups, forces and armed bands.

Given its geographical situation characterized by high plains, mountains and forests, it has been plunged into a major deforestation and total destruction of the environment.

These forests recover great richness; animals, trees, waterfalls, beautiful scenery (touristic places).

For example: MEDICINAL PLANTS: They are used differentially; the leaves, bark, flowers, pith, roots, stems and fruits.

These plants serve as food for the animals and make medicine for animals and people.

SACRED PLACES

*Sacred forests

*Sacred rivers (hot springs)

*Sacred trees

III. WHO ARE THE DESTROYERS

The destroyers are the inhabitants, these foreigners and armed groups and bands

*The inhabitants destroy in the event of wars, because they have lost everything due to systematic looting of their goods. They get into cutting down trees to make embers (Makala), sawing wood, poaching, exploiting minerals, starting brush fires in the dry season in order to have new grazing lands for their animals.

*The inhabitants destroy in a spirit of vengeance as though they were not consulted at the time of the new expansion

*The foreigners and the groups and armed bands: When they arrived the forests served as the only place able to provide them a place to live, so they cut down trees to build their houses, cut the bamboo to make embers, sawed the trees for their survival, poached, shot guns when confronted etc…

IV. CONSEQUENCES

  1. Erosion
  2. Infertile soil
  3. Conflicts among farmers
  4. Killing of animals
  5. Lack of material regarding the conservation of nature
  6. Animals fled far away
  7. No rain
  8. Air pollution

V PERSPECTIVES FOR THE FUTURE

  1. Organize a survey (a study) to serve as a data bank
  2. Organize trainings in favor of the leaders and members of the community
  3. Exchange of experiences between stakeholders (for those who are stakeholders in ITOMBWE and those of KAHUZI-BIEGA) and if possible outsiders
  4. APSIGeV forsees a day of reflection in May in the memory of our dear ones (members) that we lost in the massacres at NINDJA, and the others who died marking out the boundary of PARC, caused by the FDLR. All these events occurred during the month of May.
  5. A popularization campaign about the varieties of trees to cultivate (Cedrella, Grevalia, Eucalyptus…)

VI Opportunity for APSIGeV

APSIGeV has an opportunity in this training because

*The coordinator is an environmentalist by training

*She is trained on the forest code and the mining code

VII. CONCLUSION

CONFLICT BETWEEN THE PNKB AND THE POPULATION OF NINDJA

In 1975, the old park that covered the mountainous area was enlarged from 600 square kilometers to 6000 square kilometers by adding virgin forests situated at a lower altitude. Inhabited land was disposed of without consulting the concerned people.

NINDJA was victim of this expansion in 1975 because it is located in this narrow corridor that links the old with the new expansion.

Chère Chisuba,

Après avoir traduit vote journal, je l'ai envoyé a une collègue à l'université où j'enseigne. Elle est professeur de sciences écologiques. Elle m'a dit que le journal est très intéressant, et elle m'a envoyé cette site Web pour vous. Je ne sais pas si vous pouvez lire en anglais. Si vous ne pouvez pas, je ferai un effort de traduction. C'est un bourse pour les femmes qui s'intéressent à la conservation de la nature. Vous pourrez être la premiere dame congolese à recevoir ce bourse si vous faites l'application et si vous êtes choisie!

Bien à vous,

Nancy http://www.worldwildlife.org/initiatives/funding-opportunities-for-women...

Merci encore une fois Nancy, je viens de visiter ce site, mais pas de succès comme c'est l'anglais, je suis très intéressée je suis prête à postuler et tenter cette chance qui est mis à la portée des femmes, Je ne fais qu'attendre la version en Français Merci

BAJIRA CHISHUBA Anne

bajira

Anne, je pense que je suis bête! J'ai ouvert le site Web que je vous ai envoyé il y a longtemps et j'ai vu qu'il dit "version en français." Vous faites le clique là dessus et vous pouvez le lire en français! Bonne chance. Je pense qu'il vous sera très intéressant.