Je m’appelle             BALAGIZI NABINTU Marie Goretti, je suis membre de MAMA SHUJAA.

Je suis née le 12 Décembre 1956 en République Démocratique du Congo, dans la province du Sud-Kivu, territoire de Walungu, collectivité de Ngweshe, groupement de Lurhala, localité de Mwimbi.

Je suis d’une famille chrétienne catholique, des parents Elisabeth et Pierre unis par des liens légaux avec des relations conjugales d’alliance dans un régime matrimonial patriarcal ;une famille modeste dont les moyens ont pu permettre la survie et l’éducation de ses douze enfants, sept garçons et cinq filles .Je suis la troisième enfant de ma famille .Ma regrettée défunte mère ,Elisabeth ,est morte le 18 Novembre 2005. Notre père, Pierre, s’est remarié en 2010 avec notre belle mère Amérciaine  mais leur mariage n’a pas eu d’enfant.

J’ai fait mes études primaires et des humanités scientifiques Math-Physique sans aucune difficulté car j’étais à l’internat au Lycée Mwangaza dirigé par des religieuses et j’ai subi une bonne éducation morale ,  religieuse et intellectuelle en plus de celle reçu de mes parents. J’ai fait  aussi une année de spécialisation professionnelle pédagogique à l’Institut d’ Ibanda et aujourd’hui je fais des études supérieures à l’ISTCE de Bukavu en troisième graduat en Sociologie de Développement.

Dans mon enfance ma famille avait une grande considération à mon égard compte tenu de mon bon comportement, mon dévouement, ma serviabilité et une bonne entente avec tout le monde dans la famille. J’aimais beaucoup mes parents ,mes frères et sœurs ; je vivais paisiblement au sein de ma famille que je servais sans ménager aucun effort.

Je me suis mariée à l’âge de vingt-deux ans, le 24août1978 à Monsieur  KIYONGWE KABAKULE Norbert  légalement et religieusement. Nous avons trente huit ans de mariage dans la fidélité et vivons dans une famille démocratique où se tissent de bonnes relations entretenues par le dialogue, l’amour, le pardon mutuel et  l’acceptation de l’autre avec nos qualités et nos défauts. De notre mariage nous avons eu douze enfants dont huit garçons et trois filles . L’aîné est âgé de trente sept ans et le cadet a dix-huit ans, il fait la quatrième des humanités pédagogiques et ses frères et sœurs ont déjà terminé les humanités. Quatre enfants ont terminé la licence dont trois garçons et une fille et les autres font encore l’université. Trois garçons sont ont déjà mariés légalement et religieusement et  nous ont déjà donné onze petits fils dont  cinq garçons et six filles.

Je travaille au sein de la fonction publique comme inspectrice des écoles maternelles dans la ville de Bukavu. Mon maigre salaire de l’Etat supplée celui de mon mari, directeur dans une école privée de la place. Nous gérons  nos revenus dans la transparence, ce qui fait un impact remarquable au sein de notre foyer eu égard à la position sociale de nos enfants qui s’imposent  par leur niveau d’études. Nous contribuons aussi à résoudre certains problèmes d’ordre financier au sein de nos familles ,la mienne comme celle de mon   mari ainsi que dans certaines organisations dont nous sommes membres au sein de notre communauté. Avec mes trente ans comme enseignante, j’ai contribué à formation de bons citoyens et certains d’eux sont des hauts cadres de ce pays. Dix ans en tant qu’inspectrice jusqu’aujourd’hui  je forme des directeurs et éducatrices des écoles maternelles pour un bon encadrement  des enfants qui sont l’avenir de demain de notre pays. Avec mes quarante ans des services loyaux  à l’Etat Congolais au sein de l’enseignement, mon travail a un impact positif dans le développement de notre société en général.

Actuellement  je travaille durement ; en plus de mes obligations professionnelles comme agent de l’Etat j’étudie aussi à l’université comme je l’ai dit précédemment. Avec  la Résolution 1325, j’ai compris que pour que la femme   accède à une poste de prise de décision, elle doit mériter et s’imposer par un certain niveau intellectuel.   Je fais des efforts pour répondre aussi à mes obligations d’épouse et mère de famille. Sur le plan politique, je suis candidate à la députation provinciale aux élections de 2016 dans la ville de Bukavu .Je compte ainsi donner ma petite contribution pour une bonne gouvernance et à l’instauration d’un état des droits dans notre pays.

Une chose positive que je n’oublierai  jamais durant toute ma vie c’est le jour de mon mariage avec celui que mon cœur a toujours désiré et que j’aime à jamais, Norbert mon amour.

Une chose négative que je n’oublierai jamais durant toute ma vie, c’est le jour où ma défunte mère Elisabeth a rendu l’âme .Elle nous a quitté pour  toujours, ça me fait très mal.

 

Topic Education

Comments