Si nous les femmes nous ne prenons pas des mécanismes afin de lutter contre les violences faites à nos égards, les hommes auront l’occasion de continuer à nous maltraité ; nous négligé et même nous sous-estimé, et tous ceux là, peuvent avoir des incidences (des répercutions) sur la vie de nos enfants car, c’est nous qui sommes les premières éducatrices des enfants. C’est pourquoi, nous devons utilisés tous les moyens possibles pour arriver à éveiller d’autres femmes en vue de revendiquer nos droits qui sont violés.
Au Brésil par exemple, il ya une fille de 12 ans dégage, répondant au nom de Souza, qui était tombée victime de la violence faite à l’égard de sa maman. Elle dit que, son beau-père battait souvent sa mère. Or, on les menaçait aussi parce que son beau-père avait des dettes envers les dealers. Des fois, c’est sa maman qui devait payer les dettes de son beau-père avec son salaire, plutôt que de lui acheter à manger. Elle n’en pouvait plus et à huit ans, elle s’est sauvée de la maison et elle a vécu dans la rue. Elle volait tout ce qu’elle pouvait et elle le revendait pour s’acheter de la nourriture et d’autres choses qu’il lui fallait. La nuit elle dormait devant une banque dans le Centre de la Ville, sous une bâche déchirée. Elle avait souvent peur.
Son copain lui avait appris à fumer de la marijuana. Elle s’est mise à fumer de plus en plus et à utiliser d’autres drogues. Elle volait des montres, des bijoux, des lunettes de soleil et d’autres choses dans le Centre. Elle demandait un Pistolet au dealer à qui elle revendait les choses volées. Elle ne l’a jamais utilisé contre quelqu’un, elle tirait en l’air et contre un rat. Elle est revenue à la maison, mais là, la violence continuait. Une nuit sa mère l’a demandé si elle voulait vivre avec elle. Sa mère l’a dit d’attendre et elle a entendu.
Maintenant, la question est de savoir qu’elle serait l’avenir de cette fille, et quelles seraient les mesures que sa mère devrait appliquer afin de lutter, combattre cette violence faite à son égard ?