Une grande diversité de polluants et de problèmes atmosphériques perturbent le fonctionnement naturel de l’écosystème.

·         La qualité du sol et de l’eau est fortement touchée par les pluies acides et les polluants qui y contribuent.

·         La santé de la faune est mise en danger par les polluants tel que le mercure qui détériorent la qualité des habitats et des aliments.

·         Divers polluants, y compris l’ozone troposphérique, nuisent à la santé et à la productivité de la végétation.

·         La pollution atmosphérique, notamment le smog, nous empêche de bien connaître l’environnement. Par exemple, la piètre visibilité et la brume résultant du smog peuvent grandement nous empêcher de voir clairement le paysage avoisinant, ce qui est important pour les parcs et les aires protégées.

·         Les changements climatiques résultant du rejet des gaz à effet de serre peuvent modifier considérablement les écosystèmes globaux, les conditions atmosphériques, le niveau de l’eau et la vie sur Terre.

Les dommages causés par la pollution atmosphérique ne sont pas toujours localisés. En raison du transport à longue distance des polluants, le sol, l’eau, la végétation et les animaux peuvent être touchés même s'ils sont loin des sources de pollution.

Par essence, le foncier-environnement est un produit systémique interdisciplinaire, car les rapports de l'homme à la nature sont trop chargés culturellement et trop diversifiés pour être embrassés par un seul regard disciplinaire. La poursuite de la recherche sur le foncier-environnement impliquerait de concrétiser les résultats et d'en tester les applications, mais aussi de prolonger la démarche en travaillant selon une méthode comparatiste sur plusieurs sites, ce qui permettrait, en associant au mieux les compétences du droit, de l'économie, de la géographie, de l'anthropologie et de l'écologie, d'approfondir l'idée d'écologie foncière.

La vocation de l'écologie foncière serait la mise sur pied d'un droit garant du maintien de la biodiversité et de la reproduction sociale dans toute sa diversité. Ce droit modélisé par le biais d'une approche juridico-institutionnelle implique au préalable de savoir comment ajuster les préoccupations écologiques au contenu culturel. Il suppose la connaissance des mécanismes

d'acceptation et de légitimation des règles par les différents groupes sociaux auxquels l'écologie foncière va s'appliquer. Ainsi, gérer au mieux la multifonctionnalité del'espace oblige à ne pas se limiter à une instrumentation réglementaire mais à trouver, grâce au droit des éléments et processus naturels et au droit relatif au sol, les bases d'une harmonie pour le maintien d'une diversité

culturelle et biologique, constitutive d'un droit africain de l'environnement effectif.

 

Topic Environment