C’est dans notre assiette que se situerait notre meilleur allié pour rester jeune et en bonne santé. Pour que l’alimentation garde son rôle bénéfique sur l’organisme, il convient de respecter quelques règles de base.

 

1) Mangez moins. Nous mangeons généralement trop, voir beaucoup trop. Réduire sa ration alimentaire revient à réduire la vitesse des réactions métaboliques, c’est-à-dire le travail de l’organisme. Celui-ci est ainsi moins surchargé et se fatigue moins. 2) Évitez les sucres rapides. Rappelons que nous stockons peu de sucre dans notre organisme et que, par conséquent, tout excès se transforme en graisses. De plus, un taux de sucre mal régulé induit l’apparition du syndrome métabolique. 3) Diminuez votre consommation de viandes grasses, fromage et beurre. En effet, ils sont riches en acides gras oméga 6, précurseur de divers médiateurs qui ont le triple effet d’entretenir l’inflammation, de diminuer la fluidité du sang et de restreindre les artères. De plus, l’excès de graisses animales est l’un des responsables de l’apparition du syndrome métabolique. 4) Pour contrebalancer l’excès d’oméga 6, apportez à votre organisme une quantité suffisante d’acides gras oméga 3, dont nous sommes souvent largement carencés. Les huiles de colza, de soja et de noix en sont riches. Ces acides gras oméga 3 ont des effets inverses de ceux des oméga 6. Ils luttent contre l’inflammation, favorisent la fluidification du sang et dilatent les artères. C’est dans l’huile de poisson que l’on trouve les acides gras oméga 3 les plus actifs, en particulier les fameux DHA et EPA. 5) Préférez l’apport de protéines végétales. La viande et le fromage, s’ils sont riches en protéines, sont aussi trop riches en graisses animales. En outre, les protéines animales génèrent de l’homocystéine, grand facteur de risque cardiovasculaire. Limitez donc votre consommation de viande et de fromage. Contentez-vous d’un peu de viande blanche (volailles) et de fromage frais. Les protéines végétales, quant à elles, contiennent moins de méthionine que la viande et, par conséquent, génèrent moins d’homocystéine. Par ailleurs, elles ne contiennent pas de graisses saturées. Les haricots et les lentilles sont une bonne source de protéines. Le soja fermenté sous forme de tofu, mélangé à des légumes, constitue un excellent aliment. 6) Faites des fruits et des légumes la base de votre alimentation santé. Ils contiennent beaucoup de fibres qui facilitent le transit, ralentissent l’absorption des graisses et des sucres, régulent la sensation de faim. Par ailleurs, les fruits et les légumes constituent la plus importante source de sels minéraux bio-assimilables et d’oligo-éléments. Préférez-les issus de l’agriculture biologique. En effet, de nombreuses études ont montré les effets néfastes des pesticides utilisés en agriculture non biologique, qui seraient notamment des perturbateurs hormonaux. 7) Ce que nous buvons est aussi important que ce que nous mangeons car nous sommes constitués à 70 % d’eau. Or, en vieillissant, nous avons tendance à perdre de l’eau. Une bonne hydratation constitue un moyen simple pour rester jeune. Buvez de l’eau ou des infusions à volonté, pendant et en dehors des repas. Un verre de vin rouge aux repas (pas plus) est tout à fait compatible avec une bonne santé, d’autant plus que le vin rouge contient le fameux resvératrol, protecteur biologique de premier ordre, comme nous allons le voir.  

Une hygiène de vie saine

[Seniors- antioxydants- compléments alimentaires] Pour rester jeune et en bonne santé, il est aussi important d’adopter une hygiène de vie saine. Pour vous y aider, le meilleur des conseils est de pratiquer une activité physique régulière. Notre organisme est fait pour se mouvoir. C’est le mouvement qui nous stimule, qui entretient nos muscles, consolide notre squelette, accélère le flux sanguin et renforce notre humeur. Adopter une activité physique régulière, même modérée, est donc primordial pour rester jeune et en bonne santé. Elle permet de :

- lutter contre le stress en s’aérant l’esprit, - diminuer les risques cardiovasculaires, - réduire le risque d’ostéoporose, - diminuer le risque de syndrome métabolique, - améliorer la qualité du sommeil. 30 à 60 minutes par jour de pratique sont une bonne mesure. Choisissez une activité qui vous fait plaisir. La marche sera pour beaucoup l’activité la plus économique et aussi celle qui procure le plus de plaisir. La marche est aussi un temps de réflexion et de relaxation mentale bénéfique pour l’esprit. Par son rythme très physiologique, elle constitue une excellente cure anti-stress et facilite le sommeil.

Topic Health
Comment on this Post

Comments