Les guerres à répétions, les groupes armées, les tueries, les atrocités, ....tout ceci ne nous donnent pas la joie de vivre au Congo et dans plusieurs pays du monde la cible reste la femme et la fille. Comme si cela ne suffit pas maintenant il se tourne vers les petites filles. A Bugorhe, dans le territoire de Kabare, plus au moins 30 km de la ville de Bukavu, c'est le 20ème cas commis la semaine passée sur une fillette de 3 ans, janvier 2014 à ce jour. Cette fois en date du 6 septembre, les femmes, les fillette de 3à 8 ans ont barricade l'entrée de l'aéroport de Kavumu en marchant avec sachet noir sur la tête scandant des slogans pour la dignité de la femme et montant leur indignation. Le général de la police national, Monsieur Galenga s'est déplacé à la rencontre des manifestantes. Après les avoir félicité, il a promis la sécurité et de punir sévèrement les violeurs. Cela a un peu soulagé les manifestantes même si promettre c'est une chose et appliquer c'est autre chose car l'impunité bas son plein ici chez nous. Nous prions à nos sœurs de Nigérian et du monde à faire de même pour la libération de nos sœurs. Si Galenga a été touché pourquoi pas Boko Haram, avec ses acolytes, ils ont des femmes, des sœurs, des filles. Qu'ils se mettent à la place des parents. Aussi nous interpellons leurs femmes, filles, sœurs d'avoir pitié de leurs consœurs car, peut être c'est moi aujourd'hui, toi demain. La femme ne doit pas être utilisée comme arme des guerres quelque soit les intérêts. Aussi adhérer à une religion c'est volontaire. Ces filles ont droits à la paix, à la vie et de choisir leur religion pas tel que imposé aux 223 nigérianes par Boko Haram. Et puis c"est quel Dieu ils servent quand ils manquent d'amour pour le prochain? et la compassion envers les autres? Fichez la paix à ces enfants enfin de CONSTRUCTION D'UN MONDE MEILLEUR POUR DES GÉNÉRATIONS FUTURES.