IMPORTANCE DE LA FEMME DANS LA PRISE DE DECISION

djamila ibrahim olame
Posted August 30, 2017 from Democratic Republic of the Congo

Aux rangs les plus élevés des structures décisionnelles nationales et internationales, la représentation féminine n'a pas connu d'évolution majeure depuis la quatrième Conférence mondiale sur les femmes, tenue à Beijing en 1995. Dans les parlements nationaux, les femmes sont toujours minoritaires, leur représentation est estimée à 13 % au niveau mondial, et ce bien que l'électorat de la plupart des pays soit majoritairement féminin.

Le Programme d'action adopté à Beijing établit qu'il faut tenir compte, lorsqu'on examine la vie des femmes, du contexte social, économique et politique et l'y replacer. La Conférence de Beijing a réaffirmé que «l'égalité de participation aux prises de décisions n'était pas seulement une simple question de justice et de démocratie et qu'on pouvait y voir aussi une condition nécessaire pour que les intérêts des femmes soient pris en considération. Sans une participation active des femmes et la prise en compte de leurs points de vue à tous les niveaux de la prise de décisions, les objectifs d'égalité, de développement et de paix sont impossibles à réaliser.»

Le Programme d'action de Beijing affirme également que les femmes ont le même droit que les hommes de participer à la gestion des affaires publiques et peuvent contribuer à redéfinir les priorités politiques, à inscrire dans les programmes politiques de nouvelles questions et à éclairer d'un jour nouveau les questions politiques générales. Le Programme a défini deux objectifs stratégiques dans le cadre de ce domaine critique : assurer aux femmes l'égalité d'accès et la pleine participation aux structures du pouvoir et de la prise de décisions et renforcer les capacités des femmes pour leur permettre de participer à la prise de décisions et d'exercer des responsabilités.

En plus du texte de Beijing, nombreux sont les traités internationaux qui consacrent le principe de la participation égale des femmes et des hommes dans les structures du pouvoir et de la prise de décisions, notamment la Charte des Nations Unies, la Déclaration universelle des droits de l'homme et la Convention des Nations Unies sur l'élimination de toutes les formes de discrimination à l'égard des femmes.

Lors de sa quarante-et-unième session, en 1997, la Commission de la condition de la femme des Nations Unies a réaffirmé la nécessité d'identifier et de mettre en oeuvre les mesures permettant de remédier à la sous-représentation des femmes aux postes de décision, tout en estimant que la suppression des pratiques discriminatoires et l'introduction de mesures préferentielles étaient des moyens efficaces d'y parvenir.

"La Déclaration universelle des droits de l’homme stipule que toute personne a le droit de prendre part à la direction des affaires publiques de son pays. Une gestion et une administration transparente et responsable et un développement durable dans tous les domaines ne seront possibles que si les femmes ont plus de pouvoir d’action et plus d’autonomie et si elles jouissent d’une meilleure situation sociale, économique et politique..."

Les femmes sont bien souvent de dynamiques leaders du changement, incitant les femmes et les hommes à s’impliquer, à revendiquer leurs droits, à renforcer leurs communautés et à protéger leur planète. Leur participation est fondamentale pour asseoir la gouvernance démocratique. Pourtant, il reste aux femmes encore un long chemin à parcourir avant qu’elles ne parviennent à une représentation équitable aux postes de pouvoir et de direction, aussi bien dans les salles de conseils d’administration qu’au sein de cabinets présidentiels.

L'histoire de trois décisions

Riziki vit dans un petit village de la RDC, au sud-kivu, avec son conjoint et leur jeune fils. Sa fille aînée vit avec son mari dans une ville voisine. Rizikia pris trois décisions qui ont changé sa vie en mieux : tout d'abord, en quittant le foyer de sa belle-famille pour vivre en ville avec son mari, puis en retournant dans son village pour pouvoir offrir une éducation à sa fille, et enfin en achetant un terrain pour le cultiver.

Mesures à prendre

Les gouvernements, les institutions publiques, le secteur privé, les partis politiques, les syndicats, les organisations patronales, les organes sous-régionaux et régionaux, les organisations non gouvernementales et internationales et les établissements d’enseignement devraient:

a) Assurer une formation pour préparer les femmes et les jeunes filles, en particulier celles qui ont des besoins particuliers, les handicapées et les femmes appartenant à des minorités raciales ou ethniques, à prendre conscience de leur valeur et à assumer des postes de décision;

b) Avoir des critères transparents de nomination aux postes de décision et veiller à ce que la composition des organes de sélection respecte l’équilibre entre les sexes;

c) Créer un système de tutorat pour les femmes qui n’ont pas encore acquis d’expérience et, en particulier, leur offrir une formation, notamment pour leur apprendre à diriger et à prendre des décisions, à parler en public, à avoir de l’assurance, et à mener des campagnes politiques;

d) Donner aux femmes et aux hommes une formation soucieuse de l’équité entre les sexes afin de promouvoir des relations de travail non discriminatoires et le respect de la diversité dans le travail et dans le style de gestion;

e) Élaborer des mécanismes et assurer une formation qui encouragent les femmes à participer au processus électoral, aux activités politiques et à la prise de décisions.

Comments 2

Log in or register to post comments
Ariane Assumani
Aug 30, 2017
Aug 30, 2017

Courage Djamilah et félicitation pour cette bonne publication qui nous inspire de quelque chose très importante affirmativement les femmes ont aussi droit à la liberté partout mais lors de exercice et la jouissance des droits c'est là ou les hommes écartent les femmes vraiment continuons à hausser nos voix pour voir si un jour nous aurons cette liberté d'expression. 

djamila ibrahim olame
Aug 30, 2017
Aug 30, 2017

Merci beaucoup Ariane Moza vraiment moi je l'espoir que ça ira bien