HELPING CONGOLESE WOMEN

Gisèle IRAGI
Posted February 19, 2018 from Democratic Republic of the Congo

Ma petite disertation sur de la Résolution 1325,la paix et la sécurité. Cette résolution reconnaít les effets des conflits sur la vie des femmes et souligne leurs contributions souvent négligées à la résolution et à la prévention des conflits. Elle demande également à la communauté internationale de veiller à ce que les femmes participent pleinement à tous les aspects de notre travail en faveur de la paix et de la sécurité , ici les femmes présenté leurs réalisations et partagé leurs idées sur la manière dont la communauté internationale pourrait mieux les aider à atteindre leurs buts. Les questions comprenaient la police de proximité, le règlement du différend frontalier avec l'Indonésie et la violence dans la famille. J'ai été frappée par l'énergie et la diversité des personnes qui étaient venues nombreuses exprimer leurs préoccupations. Des agents de police et des responsables locaux se sont joints aux nombreuses femmes présentes - mères, épouses, soutiens de famille et chefs de famille. La représentation des femmes à la prise de décisions est particulièrement importante les hommes et les femmes établissent les bases économiques et sociales d'une société stable et d'institutions durable: « Je voulais faire quelque chose d'utile, laisser une marque dans la communauté. Après avoir combattu pour l'indépendance, les hommes ont trouvé d'autres choses à faire. Je voulais qu'il en soit de même pour moi. »Les organisations féminines ont également apporté leur contribution en apprenant aux femmes les compétences de survie et en leur offrant une formation professionnelle. Les femmes jouent actuellement un rôle considérable dans les initiatives de réconciliation et d'établissement de la paix. Elles veulent que leur pays tire les leçons de son histoire afin de lui assurer un avenir pacifique et stable. Néanmoins, les femmes ont été largement absentes du dialogue de haut niveau visant à mettre fin aux actes de violence. La situation peut cependant changer les femmes sont à la tête d'initiatives de réconciliation locales et accèdent progressivement aux coulisses du pouvoir. De fait, avec 30 % de femmes parlementaires. Les femmes sont également à la tête des ministères des Finances, de la Justice et de la Solidarité sociale. Dans tout le pays, elles se forgent une place aux niveaux national, régional et local pour examiner la violence dans la famille, les difficultés économiques ainsi que d'autres questions qui touchent les femmes et la population dans son ensemble. Gardant à l'esprit les années de résistance, de souffrances et de survie de ces femmes, que peut faire l'ONU pour les aider ainsi que leurs familles dans leur combat pour la paix et la sécurité ? Je pense qu'il est important de leur servir de modèles afin qu'elles participent à tous les niveaux de la prise de décisions. En tant qu'une des trois Représentantes spéciales du Secrétaire général, j'ai pu constater que la présence d'une femme dans les discussions de haut niveau peut faire la différence. Elle peut inspirer d'autres femmes qui travaillent dans des institutions internationales, nationales et locales à accéder à des postes plus élevés Nous avons besoin de modèles à tous les niveaux des institutions auxquelles nous apportons notre appui. C'est pourquoi j'encourage les pays fournissant des effectifs de police à envoyer une plus grande proportion de femmes au Timor-Leste et dans d'autres pays. La présence de femmes en uniforme envoie à la population un message clair, à savoir que les femmes ont un rôle central à jouer dans le maintien de la sécurité publique, L'ONU devrait faire son possible pour aider les femmes à accéder à ces postes de responsabilité traditionnellement réservés aux hommes. Les femmes qui occupent des postes à responsabilité peuvent aussi veiller à ce que les préoccupations et les intérêts des femmes soient pris en compte lorsque des décisions sont prises dans les domaines de la paix et de la sécurité. De même, les programmes de réintégration ne prennent pas en compte les besoins spécifiques des femmes pour assurer les moyens de subsistance. Et pourtant nous savons que les capacités des femmes à gagner leur vie et à subvenir aux besoins de leur famille est un facteur crucial pour aider une société à sortir d'un conflit. En ne tirant pas parti des idées et des contributions des femmes dans les économies rurales et en sous-estimant le rôle qu'elles jouent pour empêcher l'effondrement de l'économie qui est souvent la cause des cycles de conflits. Pour que la paix et la stabilité soient durables, des femmes comme celles-ci doivent participer à toutes les étapes, qu'il s'agisse de mettre en place une stratégie gouvernementale, de mener à bien des projets ou de voter des lois pour les mettre en œuvre dans les communautés. nous devons écouter les femmes, reconnaítre leur pouvoir de transformation et défendre et promouvoir leur inclusion de toutes les manières possibles. Si nous entendons sérieusement établir la paix - et c'est notre intention - c'est le seul moyen d'aller de l'avant. Giseleirgi@gmail.com

Comments 4

Log in or register to post comments
Jill Langhus
Feb 20, 2018
Feb 20, 2018

Salut Gisele. Merci d'avoir partagé votre histoire. Je ne pourrais pas être plus d'accord. L'ONU pourrait et devrait faire plus pour propulser les femmes vers plus de positions non seulement sur leurs conseils, mais aussi pour aider les femmes dans les entreprises à non seulement instiller plus de paix et de compassion, mais aussi à fournir d'excellents modèles pour les autres filles. les femmes, pour plus de diversité, de paix, d'équilibre, d'égalité, de justice et de meilleure société tout autour. En guise de remarque, veuillez noter que World Pulse est un forum public, vous pouvez donc envisager de supprimer votre adresse e-mail privée à la fin de votre histoire, car d'autres personnes peuvent y accéder. Dans l'attente de plus d'histoires de vous.

Gisèle IRAGI
Feb 27, 2018
Feb 27, 2018

Merci beaucoup encore de vous lire ,a long time please i don't read you, merci encore pour le constant

Tamarack Verrall
Feb 27, 2018
Feb 27, 2018

Dear Gisele,

What a beautiful call for action on the part of the UN to pay attention to what women have to offer your country and throughout the world. I agree completely that it is the leadership of women that is lacking and desperately needed in solving local, national and international problems and conflicts. It gives hope to know that you are there voicing the very real good effect that women in your country have been continuing to voice when given the opportunity. The more we raise our voices collectively, and the more we know who and where we all are, the more effective we can be in insisting that the UN and local governments make room for women's voices to be equally heard. Powerful words, dear sister,

Tam

Adanna
Mar 04, 2018
Mar 04, 2018

Dear Gisele,

Well done for all your efforts. 

Keep up the good work.

Love,

Adanna