Le mariage de mineures dans mon pays

Gisèle IRAGI
Posted November 14, 2018 from Democratic Republic of the Congo

Livraison des filles mineures à la vie conjugale: Les coutumes et la pauvreté des parents, entorse au changement culturel

En République démocratique du Congo, le mariage est un des plus grands honneurs pour la femme. Et de manière implicite, la femme épousée va dans son foyer avec des obligations tacites imposée par l’environnement socioculturel. Il en résulte que la mariée ne doit pas oublier sa famille. En fait le mariage, pour la famille de la femme, est considéré comme une main- d’œuvre. C’est ainsi que lorsque certains parents ont du mal à subvenir aux besoins de leurs enfants,  s’ils ont des filles en âge de procréer, peu importe qu’elles soient mineures, les parents les offrent en mariage à un homme qui pourrait bien s’assumer. Et par ricochet, la jeune mariée s’occupera de sa famille. Il est possible que ce qui précède ne soit pas l’unique raison du mariage précoce de la jeune fille ; mais plutôt une des plus grandes, puisque même pour ceux qui ne sont pas nécessiteux, l’aspect du mariage comme main-d’œuvre est d’essence culturelle

Voici ce qui m'a touchée et m'a motivée à vouloir partage avec vous ,rencontre d'une amie ,collègue de l'école primaire ,à peine déjà 11ans ,me confie son cas : « … Je  me suis mariée quand j’ai fini mon cycle d’orientation. Mes parents disaient que je n’avais pas besoin de faire de hautes études. Pour ne pas perdre du temps, je devais vite me marier et faire vite des enfants et arrêter la maternité tôt, pour m’occuper de mon foyer, de mon mari, de mes enfants et aussi de mes parents ».

A la question de savoir si elle avait adhéré à cette  idée sans contrainte,  l’intéressée répond avec moult hésitations : «… heu ! Bon je n’avais pas trouvé du mal à cela. Mais après, certaines de mes copines ont appris un métier et elles sont un peu plus libres. Cela me dérange un peu. Mais moi, je suis mariée et j’ai mes enfants, c’est ma richesse. J’aimerais avoir plus de filles pour les marier. Elles m’aideront plus tard. Quelques rares filles sont parties en ville, prises en charge par des frères et sœurs de leurs parents, elles ne sont pas mariées et n’ont pas d’enfants… Apparemment, elles sont bien. Mais elles n’ont pas de valeurs parce qu’elles sont comme des femmeslibres ».

 Quel âge as-tu, Plamedi ?

 Je suis née en 1996. Tu peux calculer ton âge à partir de ton année de naissance ? «  Eh ! Je ne sais pas… C’est à l’enrôlement pour avoir ma carte d’électeur que mon mari avait donné cette année. Il était à mes côtés parce que certaines questions, je ne les comprenais pas ».

Au regard de ce qui précède, le mariage précoce est une question liée à la pauvreté. Et cette dernière entretient des cultures, des coutumes, et des traditions qui laissent la jeune fille sans choix.

Selon, ‘’Plan international’’, un organisme qui travail pour la protection de l’enfant, la jeune fille est victime de l’inégalité des sexes, qui lui ôte dès l’enfance, le droit à l’éducation, au respect de son avenir…

Parmi les  principales causes de cette situation, la pauvreté est généralement en tête de lice. Mais aussi la négligence des services publics dans la sensibilisation pour l’octroi et l’acquisition du certificat de naissance. Document sans lequel il est difficile de prouver son jeune âge.

Les guerres successives dans lesquelles le pays s’est enlisé sont aussi une des raisons du phénomène mariage précoce. Parce que la pression économique est un poids qui pèse sur les foyers. Comme effet d’entrainement, en effet, des  familles opèrent parfois des choix inespérés.

Bien des risques sont à énumérer en ce qui concerne le mariage précoce. C’est notamment la violence et les abus sexuels dans le couple de la jeune fille, de la part du mari. Aussi le risque de dégradation de la santé devienne-t-il élevé. Parce qu’entre 15 et 19 ans, la jeune fille est exposée à la mortalité due aux grossesses précoces, au VIH/Sida. Dans le mariage, elle ne saura pas négocier de relations sexuelles protégées, du fait de son incurabilité parce qu’elle s’est mariée sans sa volonté.

Il faut considérablement lutter contre cette réalité qui paradoxalement enchante plusieurs hommes, imbus de préserver leur hégémonie sociale. Malheureusement, les moyens de lutte amorcées par des institutions étatiques et non étatiques se heurtent, le plus souvent aux traditions, aux coutumes et aux cultures relatives au mariage précoce entretenu par des conservateurs, du nombre desquels des personnes instruites.

A ce jour, cela va sans dire, la sensibilisation est le meilleur moyen. Elle doit se faire dans les milieux éducatifs et cela, depuis l’école primaire. L’ambition étant de rendre les jeunes visées culturellement capables de dire non et, au besoin,  de trouver soutien et réconfort aux autorités compétentes, pour être soutenues. Bien que cela ne soit pas encore une façon de faire acceptable dans les milieux du pays, mais l’implication du ministère de l’éducation est indispensable pour la réussite du changement des mentalités dans ce domaine. La création des lois luttant contre le mariage précoce, des actions de plaidoyer, aussi une des pistes.

Cependant, une bonne lutte exigerait une famille à l’abri des besoins primaires. Ce qui est loin d’être une réalité en République Démocratique du Congo.  Voilà pourquoi même sans moyens suffisants, les institutions non gouvernementales et les familles doivent continuer à faire ce qu’elles peuvent, pour que le message continue de passer de toutes les manières possibles. Et ce, pour sauver même une seule fille sur 

Gisèle BISIMWA ,DRC

Comments 9

Log in or register to post comments
Jill Langhus
Nov 14, 2018
Nov 14, 2018

Salut Gisèle

Merci de partager votre triste histoire sur les mariages d'enfants. Alors, avez-vous le sentiment que ce problème s'améliore dans votre région ou dans votre pays dans son ensemble ou pas beaucoup? Quelle est selon vous la meilleure solution pour aider les filles à rester à l’école pour être plus conscientes et capables de réaliser leurs rêves?

J'espère que vous passez une bonne journée!

Adanna
Jan 07, 2019
Jan 07, 2019

Dear Gisèle,

Thank you for sharing. Child marriage is an issue that still exists and it is sad that poverty forces a lot of poor parents to give out their young daughters at an early age.

Cheers,
Adanna

Ngala Nadege
Jan 12, 2019
Jan 12, 2019

Hello
Thank you for sharing

Tamarack Verrall
Jan 20, 2019
Jan 20, 2019

Chère Gisèle,
Il est réconfortant de savoir que vous vous exprimez contre cette "tradition" fermement enracinée. Des générations d'hommes tiennent à cette histoire qu'elle a toujours été ainsi et ne doit jamais changer. Qui a décidé ça? Cela se répète dans de nombreuses cultures et de nombreuses religions. Ce qui n'est pas dit, c'est qu'il s'agit d'une règle conçue par les hommes à leur avantage. En tant que femmes, nous méritons le droit fondamental à l'éducation et à la liberté de choisir nos vies. J'espère que vous ressentez le soutien de votre communauté WorldPulse et que nous travaillons tous dans cette direction. Votre voix est si importante ici.

leila Kigha
Apr 29, 2019
Apr 29, 2019

Oh Latala
Cest Triste de voir que le mariage des mineurs persiste toujours. Cest le cas aussi dans certainly partie de mon pays.
Faut pas baisser les bras mais continuer de sensibilizer les femmes et filles ainsi que les autorite.
Bon courage pour la suite

Jacqueline Namutaawe
May 14, 2019
May 14, 2019

Oh bonté toutes ces choses ciblent la fille enfant. Le mariage des enfants est réel et parfois je bobineuse ce qui se passe à l’intérieur des têtes des parents qui laissent leurs enfants loin dans cette pratique inhumaine. Si les femmes âgées de 30 ans et plus attendent de se marier alors pourquoi forcer un enfant? Nous devons vraiment lutter dur pour défendre les filles sous tous les angles.

Mikaela Kate
Jun 13, 2019
Jun 13, 2019

Gisele, Your work is so very important. Educating people about the deep rooted violence of child marriage, is essential to ending it. Your words inspire and i envision women and young girls changing their minds and being able to say no, without consequence. I know this will take alot of work deprogramming generations and generations of habit. i also know that taking the steps forward, together does make change. I am with you.

Anita Shrestha
Sep 16, 2019
Sep 16, 2019

Thank you for sharing

Nabila Abbas
Sep 20, 2019
Sep 20, 2019

Thanks for sharing