Violences Basées sur le Genre etTrois jours Internationales du mois de novembre

RUHEBUZA VUMILIA JEANNETTE
Posted December 14, 2015 from Democratic Republic of the Congo

LA VIOLENCE BASEE SUR LE GENRE ET LES TROIS JOURNEESINTERNATIONALES CONSECUTIVES 15, 16 et 17 DUMOIS DE NOVEMBRE DE CHAQUE ANNEE.

La journée Internationale de la Femme Rurale, la Journée Mondiale de l’Alimentation et la Journée de lutte contre la pauvreté sont des journées dont la femme devrait les plus jouir à voir le rôle qu’elle joue dans la société. La femme rurale nourrit celle du milieu urbain, c’est elle qui est la plus pauvre. Cette femme est tout le temps en fuite à cause de l’insécurité grandissante causée par les hommes. Elle n’a pas accès aux ressources: pas d’argent ni terre pour cultiver. Elle se démène jour et nuit aux risques et périls sur les camions et dans des zones rouges pour la survie de la famille, loger, vêtir, scolariser son enfant. Le mari va soit dans des carrés miniers abandonnant la femme à son triste sort, soit joue au sombi et s’enivre toute la journée sans se soucier de garder même les enfants que la femme a laissés très tôt matin au lit, sans savoir ce qu’ils ont mangé, quelle éducation ils ont reçu à l’absence de maman, ce qu’ils ont fait toute la journée….ici le début de dépravation des mœurs, de la prostitution, enfant de la rue, beaucoup d’infections, VIH, toxicomanie et autres IST, et autre maladies hydriques (malaria, fièvre typhoïde, choléra…) à charge de la femme. Elle se démène pour donner le meilleur d’elle même enfin de satisfaire tant soit peu l’homme qui quelque fois ne considère pas ses efforts. Elle souffre, sommée aux travaux forcés, aux lourds fardeaux, attrape des maladies( prolapsus, infections); parfois faire des choses contre sa dignité pour la famille loin du mari qui du reste s’acharne contre elle soit disant qu’elle ne lui donne pas la viande, l’argent et autres chose qu’il désire.Certains se permettent de voler ce que la femme a mis de coté comme épargne et si elle demande, elle est battue comme un serpent ou répudiée et autres violences domestiques qui l’humilient jusqu’au dernier degré soit disant qu’elle est impolie ou fainéante. L’homme se permet de prendre autant des femmes qui font la concurrence pour avoir une place de choix auprès du mari et certain même des filles vierge et ceci est encouragée par certaine églises. Elle doit faire rapport à ce dernier dès qu’elle rentre du marché vendre les produits de son champ qu’elle a cultivé elle-même, planté, sarclé. Malgré tout ce qu’elle fait, elle ne reçoit aucune formation pour améliorer ce qu’elle entreprend pour son autonomisation. C’est parmi les femmes qu’il ya un plus grand nombre d’analphabète, C’est la jeune fille qui est victime lors du manque des moyens à la maison, la fille abandonne les études au détriment du garçon car les études de la fille reste à la cuisine ou il y a quelqu’un qui étudie pour elle lors de son mariage selon les coutumes rétrogrades parfois véhiculés par la femme par ignorance. La fille se mari précocement ne sachant que faire de plus si elle ne se donne pas au petit commerce!!! Il y a des garçons qui obligent la fille à lui montrer ce qu’elle déjà condition pour l’épouser. Si elle a déjà ses habits et ceux du mari, l’argent pour le garçon qui va aller dans la forêt pour le commerce ou dans le carré minier pour ne plus rentrer ou revenir mains bredouilles avec tant des maladies, soit des enfants ou femmes, toujours à la charge de la femme qui est restée à la maison qui vit dans les mêmes conditions dont nous avons cité ci haut. Le mari rentre chaque 2 ou 3 ans pour engrosser la femme et rentrera quand l’enfant sera déjà à l’école….

Un exemple frappant: Jeanne est orpheline de père. Elle vit avec sa mère. Elle reçoit la grâce d’étudier jusqu’à obtenir son diplôme d’Etat au fais des religieux et on lui donne le travail . Alexis vient pour l’épouser, Jeanne accepte à condition qu’elle continue de travailler après mariage et Alexis accepte aussi. Après le jour du mariage religieux; le beau père; le grand frère héritier du mari ne voulait de ce mariage;Lord. Du repas; la belle mère servait Jeanne avec les petits enfants tandis qu’elle allait manger dans la chambre avec son mari car Alexis était enseignant à quelques kilomètres et rentrait seulement le samedi . Elle a subit toute sorte d’humiliation avec sa belle famille et et le mari ne voulait pas l’entendre et que Jeanne voudrait la séparer de sa famille De fois on la priver à manger et sa mère lui apporter à manger. Elle ne pouvait pas arriver à la maison avec cette nourriture . Elle allait rencontrer sa mère au champs et elle emballait le reste de la journée et cacher dans un trou au champs pour venir manger le lendemain. Le mari amenait d’autre femme à la maison et Jeanne n’avait pas le droit de demander car taxée de fille sans e manière; Fatiguée au village, elle décide d’aller vivre en villa accompagner de son mari dans la maison qu’ elle avait acheter pour sa mère quand elle travaillait. Elle a supplié son mari d’aller faire les études supérieures et s’est démener pour payer les frais. Le mari obtient son grade, dit que Jeanne avec qui elle a 4 enfants ne lui convient plus. On la frappe jour et nuit ,le mari voulait que Jeanne quitte la maison pour la vendre, vu qu’il n y’avait pas moyen de la vendre, il ddécide d’abandonner Jeanne dans cette maison et lui ravi 3 enfants parmi lesquelles un infirme . Un jour à une heure du matin, elle reçoit un message que l’infirme est morte. Le matin, elle se rend au lieu, quel drame!!! l’enfant est morte de manque de soi et de la faim or l’enfant était normale et elle avait déjà 6 ans et sa mère s’occupait bien d’elle. Arriver à la justice, le mari donne la corruption et on montre Jeanne qu’elle n’a pas raison simplement qu’elle n’a pas d’argent pour corrompre. Elle venue se plaindre dans une maison de droit de l’homme à ma présence. Voyait ce que les femmes subissent car il y a tant qui vivent les conditions de Jeanne et d’Alexis. Que peut faire Jeanne avec tous ces traumatismes? Elle a essayé de rentrer aux études main en vain Chacune à son niveau subit des violences qu’elles essai de gérer vit le courage et la persévérance. Discussion entremari et femme ‘’où a-t-on vu une femme se servir avant les hommes dit un mari à sa femme quand ils étaient au deuil!!!Tant d’exemple pour ne citer que cela.

Alors comment cette femme qui abandonne son lopin de terre par peur des violences pourra bien jouir d’une bonne alimentation au moment elle vit avec moins d’ un dollars par jour avec toutes les souffrances que lui infligent son partenaire homme? Elle ne peut jamais vaincre la pauvreté. Il faut qu’elle soit autonomisée sur tous les plans car ce n’est pas l’argent seulement qui peut le faire. Que l’insécurité cesse et qu’il y ait des infrastructures adéquates pour faciliter la femme à vaquer à ses occupations librement quand elle va à l’école, au champs puiser, à l’hôpital. Il faut une Prise en charge sanitaire, scolaire, octroyer des micros crédit agro pastoraux, des terres aussi car elle n’a pas d’argent pour les payer ni héritière. La former dans l’entreprenariat et connaitre ses droits et comment les revendiquer et surtout exercer son leadership partout où elle sera. Eduquer les enfants sans discrimination en luttant contre les coutumes rétrogrades que la certaines femmes véhiculent par ignorance et comment encourager la jeune fille à l’école pour son auto-prise en charge enfin qu’elle soit bénéfique à la société et augmenter le leadership féminin et surtout avoir les femmes dans les instances de prise de décision Loin des violences basées sur le genre, ainsi la femme pourra bien jouir de ces trois jours consécutifs et améliorer la survie de sa famille et celle de la société en générale.

Comments 2

Log in or register to post comments
Joseph-Jacques MUGEREKE KISAHIRA
Dec 17, 2015
Dec 17, 2015

FRENCH :

Bonjour, Madame RUHEBUZA VUMILIA JEANNETTE !

Merci d’avoir partagé votre réflexion autour des 3 journées importantes commémorées aux mois de novembre à savoir : le 15/11 : journée Internationale de la Femme Rurale ; 16/11 : journée Mondiale de l’Alimentation ;  et 17/11 : journée Mondiale de lutte  contre la pauvreté.

Merci également d’avoir interpellé tout le monde sur les drames que subissent certaines femmes qui, du fait du mariage, tombent malheureusement entre les mains des maris violents. Tel est le cas d’Alexis et de Jeanne (que vous narrez si regrettablement) !

En effet, comme vous le dites :

LA PEINE DES FEMMES : Les femmes rurales agricultrices pauvres nourrissent la communauté, mais sont les 1ères victimes de l’insécurité,  n’ont pas accès aux ressources, se démènent jour et nuit à leurs risques et périls en vue d’entretenir les membres de leurs familles et scolariser leurs enfants. Elles s’exposant du coup à des dangers de tous ordres : vols, viols, prostitution…

VIOLENCE ET RESPONSABILITE DE CERTAINS CONJOINTS : Margés ces énormes sacrifices consentis par les femmes (comme vous le dites),  leurs maris [les hommes] méconnaissent leurs efforts, les abandonnent pendant des longues périodes pour des activités sans rendement ou pour des motifs futiles tels que les jeux aux SOMBI, des extractions minières passe-temps (chômages déguisés)… sans le moindre souci de leurs responsabilités vis-à-vis de leurs enfants et leurs familles; Allant jusqu’à épouser d’autres femmes hors mariages.

CONSEQUENCES SUR L’EDUCATION DES ENFANTS, SPECIALEMENT DES JEUNES FILLES :

Par suite des conditions précaires de vie, les jeunes filles abandonnent les études au profit des garçons et sont astreintes à des tâches  de cuisine. Elles se marient précocement et s’adonnent à des activités de survie telles le petit commerce !!!  Les autres conséquences de cet état de chose sont la dépravation des mœurs, la prostitution, le phénomène « enfant de la rue », l’infection au VIH/SIDA et à d’autres maladies, la toxicomanie…

LE POIDS DE LA COUTUME, LA RELIGION ET LES SERVICES PUBLIQUES :

Vous fustigez également les injustices de certaines églises qui appuient des maris polygames au détriment des femmes victimes ; La corruption des services judiciaires qui donnent raisons à des maris violents au détriment de ces femmes victimes ; Les membres des belles familles des femmes victimes qui traitent indignement, injustement  et de manière inhumaine et dégradante leurs belles filles (les femmes de leurs jeunes mariés).

VOUS TERMINEZ VOTRE POST PAR CES QUESTIONS :

Que devrait faire une femme (et vous dites qu’il y en a plusieurs malheureusement)

Se trouvant dans une situation comme celle de Jeanne ? Comment faire face aux contraintes coutumières, religieuses et même des services étatiques ?

ENFIN, A L’ATTENTION DES FEMMES DE LA COMMUNAUTE WORLD PULSE

VOUS SUGGEREZ ET RECOMMANDEZ :

Que les femmes soient protégées contre l’insécurité les violences basées sur le genre ; Qu’elles soient autonomisées sur tous les plans, et non seulement sur le plan financier (leadership) ; Qu’il faut promouvoir l’entreprenariat féminin et créer des infrastructures adéquates de base ; Qu’il faut apprendre aux femmes comment revendiquer leurs droits partout. Qu’il faut Scolariser et Eduquer tous les enfants sans discrimination. Qu’il faut Lutter contre les coutumes rétrogrades ; Qu’il faut impliquer les femmes dans toutes les Instances et Sphères de prise des décisions.

Une fois de plus, Merci Madame pour votre réflexion.

 Une Question cependant : Pourriez-vous dire aux femmes de World Pulse où vous avez observé ces violences ; (dans quel pays et dans quelle ville ou villages) ?

Bonne journée et bon travail !

Joseph-Jacques.-

ENGLISH

Good morning Madam RUHEBUZA Vumilia JEANNETTE!

Thank you for sharing your thinking around 3 important days commemorated in November; namely: 15/11: International Day of Rural Women; 16/11: World Food Day; and 17/11: World Day against poverty.

Also thank you for having appalled to everyone’s conscience on the tragedies suffered by some women who, because of marriage, unfortunately fall into hands of violent husbands. Such is the case of Alexis and Jeanne you regrettably describe.

Indeed, as you say:

SENTENCING OF WOMEN: Poor rural and farmer women feed the community but are the 1st victims of insecurity, lack access to resources, are struggling day and night at their own risk in order to maintain members of their families and educate their children. They are suddenly exposing to danger of all kinds: robbery, rape, prostitution...

VIOLENCE AND LIABILITY OF CERTAIN HUSBANDS: In spite of these enormous sacrifices made by women (as you say), their husbands [men] fail to recognize their efforts, drop out for long periods for non-profitable activities or for trivial reasons such as games to SOMBI, mining extraction hobbies ... without the slightest concern vis-à-vis their children and their families; Up to marry other women outside marriage.

CONSEQUENCES ON EDUCATION OF CHILDREN, ESPECIALLY OF GIRLS:

As a result of poor living conditions, girls drop out in favor of boys, and are bound to kitchen duties. They marry early and engage in survival activities such as small trading!!! Other consequences of this state of things are moral depravity, prostitution, the phenomenon of "street children" infection with HIV / AIDS and other diseases, drug addiction...

THE WEIGHT OF THE CUSTOM, RELIGION AND PUBLIC SERVICES:

You also denounce the injustices of some churches that support polygamous husbands to the detriment of women victims; Corruption of judicial services that give reasons to violent husbands at the expense of women victims; Members of the victims' families in law who deal unworthily, unjustly and inhumanely and degrading their girls in law (women of their sons).

YOU TERMINATE YOUR POST BY THESE QUESTIONS:

What should do a woman (and you say that there are many of them unfortunately)

Finding herself in a situation like that of Joan? How to deal with customary constraints, even religious and state services?

FINALLY, TO THE ATTENTION OF THE WOMEN OF WORLD PULSE COMMUNITY

YOU SUGGEST AND RECOMMEND:

 That women be protected against insecurity and gender based violence ;

 That women at all levels be empowered, not just in financial terms only (leadership);

 That women's entrepreneurship be promoted and basic & adequate infrastructure be provided;

 That women be taught how to assert their rights everywhere;

 That all children be educated without discrimination;

 That backward customs should be fought against;

 That  women should be involved in all leading bodies and spheres of decision-making.

Once again, thank you Madam for your reflection.

However, here is a question: would you tell us (the World pulse community) where you have observed these violence, (in which country, city or village)?

Have a good day of work!

Joseph-Jacques.-

vrclark
Dec 21, 2015
Dec 21, 2015

Dearest RUHEBUZA Hang JEANNETTE!  

Thank you for your sharing and strength to continue your efforts in expanding awareness throughout the world, and here on World Pulse! Your story is critical to share about the condition of how women live in your country!  The examples you give, of women who suffer on-going lack of control over their lives and the well-being of their children, the lack of and control over food, education, safety, and the level of desperaton and injury inflicted by men, and with men's behavior supported by their social status, are deeply disturbing.  One would hope that by 2016 conditions across the globe for women would improve, and equality with men a possibility.  

I understand, given that the conditions you mentioned, social customs are long established over many generations of patriarchal, cultural, control.  I honor your stance and courage to speak up, not to give up. Awareness and education of girls (as well as the boys!!) is essential if this cultural paradigm has any hope of shifting.

I write from the US, and although our stories and suffering are  different, and many women are fortunate to experience more equality next to men than in other countries, and improved respect by some, there remains many who do not and it has been a long fight to obtain what is possible in western countries today. Strong partriarchal influence and control remains and persists on overt, and covert levels.  And, any voice that raises in objection, or with the cause to create change, can be and often is considered subversive.  

Not only are women living in poverty and victim to  losing their lives to domestic and sexual violence, and children and women trafficked in America, women still do not make the same amount of pay an hour for doing the same work a man does.

There is a need across the globe for the voice of women to step forward and be at the forefront of changng conditions around the world. Again, RUHEBUZA Vumilia JEANNETTE, I thank you for your courage to speak up! For you surely must need to be courageous!! You are an important voice of change the world needs!

The awareness extended brings us one step closer to the independence of women that will improve the survival of families and, as you noted, society in general.

Your words:

Educating children without discrimination by fighting against backward customs that some women convey ignorance and how to encourage the girl to school for self-management. Finally it is beneficial to society and increase women's leadership and especially having women in decision making bodies.

I stand with you!!  It's wonderful that you can reach out to us on World Pulse so we can know and be part of The International Day of Rural Women, the World Food Day and the Day of fight against poverty.  Together, we will create the force of change to make a difference!! Thank you!

Related Stories