LE PATRIARCAT UN POIDS QUI PÈSE SUR LES EPAULES DE LA FEMME DE MA COMMUNAUTÉ « LE BALEGA »

Marie SHAKALILI
Posted December 10, 2019 from Democratic Republic of the Congo

 

Le Balega est un peuple forestier vivant dans la Prvince du Sud Kivu, en République Démocratique du Congo où les lois et les principes de vie sont en faveur de l’homme. Des le bas âge, un jeune garçon à l’âge de 12 ans est respecté comme un monsieur responsable, tout simplement parce qu’il est parti à l’initiation communément appelé BWALI. La maman  n’a plus un mot à dire, même si ce dernier fait de bêtise ; c’est l’affaire des hommes, le petit est considéré comme un homme à part entier.

La pauvre mère , elle voit les déviations de son propre fils sans rien dire, elle ne peut intervenir par peur d’être taxé de sorcière. Pend la période d’initiation qui se fait dans la grande foret, la pauvre mère ne peut rendre visite à son fils maman si ce dernier est gravement malade. Et si il meurt la maman n’a pas droit de pleurer son fils ni d’organiser un deuil à la maison, si elle ose pleurer elle directement accusée de sorcière .

La pauvre femme est appelé à cacher sa propre douleur dans son cœur parce que c’est la coutume, elle ne peut discuter avec son mari sur ce sujet, c’est strictement interdit.

L’éducation du jeune homme se  fait autour de la corde de la sagesse lega (communément appelé MUTANGA) dans la barza ( LUBUNGA) où les vieux et les hommes adultes  procède à l’éducation des  jeunes garçons à travers le palabre . les femmes et les jeunes filles ne sont pas admises dans la Barza.

Dans les activités agricoles l’homme ne peut s’occuper que du défrichage le reste de travaux sont laissés à la femme, cette derniers doit se lever très tôt le matin et organiser sa maisonnée, le chams c’est l’office par excellence de la femme.

Vu les lourds travaux champêtres, les femmes ont développés les travaux communautaires pour s’entraider.

Il y a des sujets tabous tels la sexualité, les maladies transmissibles, la santé de la reproduction, qu’une jeune fille ne doit échanger avec sa mère, c’est la grand-mère qui  est habilitée de parler avec sa petite fille.

Des cas de grossesses et des mariages précoces sont monnaie courante. A 13-14-15 et 16 des jeunes filles sont déjà mariée, il suffit qu’elle soit engrossée pour commencer la vie maritale.

La femme  n’a pas droit à l’héritage de son père, parce qu’elle est sensée  aller fonder une famille ailleurs et on pense que si c’est elle qui hérite au final les bénéficiaires directs  sont ses enfants qui ne sont plus de la ligné de leur mère.

Avec l’adage que la femme n’a toujours pas raison, dans les petits conflits entre l’époux et son épouse, la famille donne toujours raison à l’homme même si il est fautif, la pauvre femme est obligée d’endosser les erreurs de son mari.

Devant une situation pareil , nous avons difficile à conscientiser sur les droits de d’homme au risque de toucher  sur les sujets que la coutume juge tabous, nous pensons que la principale action serait d’inviter les garant de la tradition pour échanger des défis que rencontre la jeune fille et la femme dans la communauté , l’activité doit être menée conjointement par les activistes hommes  initiés.

Un grand travail se serait la conscientisation des garants de la coutume, les autorités coutumières, les leaders communautaires, les femmes et les jeunes filles.

L’objectif c’est de contribuer à la prise de conscience du rôle que peut jouer la femme et jeune fille, de sa contribution  au développement de  sa communauté.

Comments 18

Log in or register to post comments
Anita Shrestha
Dec 10, 2019
Dec 10, 2019

Thank you for sharing

Jane
Dec 11, 2019
Dec 11, 2019

Wow my sister, this is painful indeed, imagine seeing your 12 or 13 year old daughter being impregnated by a young boy of 12 who might be regarded as man just because he has been initiated? what about diseases and lessons not taught to acknowledge such? as a mother no voice to reprimand your own? Women like yourself will and can indeed make a difference to teach and wipe out this cloud of darkness. Thanks for sharing and keep standing and supporting the rights of young girls who are affected by this and early pregnancy

Jill Langhus
Dec 11, 2019
Dec 11, 2019

Bonjour mon cher Marie,

Comment vas-tu? Merci de partager votre message informatif avec nous. Ces traditions néfastes sont tellement tristes. Toutes les villes et tous les villages de votre pays respectent-ils ces traditions que vous mentionnez ou certains commencent-ils à s'en éloigner, j'espère?!

Marie SHAKALILI
Dec 16, 2019
Dec 16, 2019

Non Jully dans notre province je connais seulement deux tributs les Balega et les Babembe, au fait selon l'histoire c'est deux sont des frères, le Balega occupe un territoire dans la province du Manieme, deux territoire dans la province du Sud Kivu et un territoire dans la province du Nord Kive, les Bambembe occupent un territoire dans le Sud Kivu

Jill Langhus
Dec 16, 2019
Dec 16, 2019

Oh je vois. Merci pour l'information. Je espère que vous allez bien?!

Lisbeth
Dec 11, 2019
Dec 11, 2019

Oh mine, what a harmful traditional practice. Can it be secretly be reported to the police?
That way all the time, the practice will decline. It's dangerous and can be an occultist practice.
Thanks for sharing. Hope you are having a good day.
Regards

Asaad Ali
Dec 12, 2019
Dec 12, 2019

Thank you for sharing

Marie SHAKALILI
Dec 16, 2019
Dec 16, 2019

Merci de me lire
Marie Rose

Jap Mouki Christelle Alexandra
Dec 13, 2019
Dec 13, 2019

Partriarchy has imprisoned women and destroyed their lives . These partriarchy are still very present even in our Modern days. The pastors in church will address a problem based on the way he was brought up. Our male bosses will sanction a woman based on how his father taught him to perceive..
The best way to address this awareness of the guarantors of customs as you rightly said. I have worked on a similar project so I understand the impact it creates. All the best dear, and please update us on the outcome of that awareness strategy

Marie SHAKALILI
Dec 16, 2019
Dec 16, 2019

Merci beaucoup ma soeur, je juis contente que vous me comprenez.
Marie Rose

Sister Zeph
Dec 15, 2019
Dec 15, 2019

My dear Marie thank you for sharing your beautiful story and thank for being a amazing leader

Marie SHAKALILI
Dec 16, 2019
Dec 16, 2019

Ma chère Zeph merci de vos encouragement mais je vous assure que c'est pas facile du tout parce que à moindre faux pas tu tombe dans les interdits.
Bien à toi Marie Rose

lizzymark
Dec 15, 2019
Dec 15, 2019

This is really sad,but I think education can go along way in combating this evil,I mean an education on the need to refuse such tradition, and report to necessary and appropriate channel like Human rights commission and social welfare if have any in your country. Thank you for raising your voice

Marie SHAKALILI
Dec 16, 2019
Dec 16, 2019

My dear the story of the translation must not be treated by the human rights commission the constitution of our country respects well each community and people for which, we must orient our advocacy with the customary guards
be best
Marie Rose

lizzymark
yesterday
yesterday

I pray u find help speedly

Marie SHAKALILI
yesterday
yesterday

Thank you for these encouragement; currently I am in discussion with certain men to find a staregic way to fight against these anti-valuers
Marie Rose

otahelp
Jan 16
Jan 16

Marie, it is really unfortunate that we have to face these same issues all over the world though some countries are better than others. We must not give up but we must work with the male activists who are allies to make the change effective. it will surely happen. thank you for sharing

Marie SHAKALILI
yesterday
yesterday

Thank you very much my dear, a synergistic action can meet this challenge. together we are strong, shared we are weak.
Marie Rose