Résultats d'une étude menée par l'ONG PIFEVA en juin 2020 sur l'impact socioéconomique du covid-19 sur les femmes et jeunes filles vulnérables exerçant de petites Activités Génératrice de Revenu (AGR) informelles dans la ville de Bukavu à l'est de la RDC

Véronique BULAYA
Posted September 4, 2020 from Democratic Republic of the Congo

La République démocratique du Congo a été touchée par la pandémie à coronavirus en mars 2020 au sein de laquelle la ville de Bukavu, chef lieu de la province du Sud Kivu est l'une des 13 entités provinciale lourdement frappées cette pandémie.  

En effet, les résultats d'une étude menée par l'ONG PIFEVA en juin 2020 sur l'impact socioéconomique du covid-19 sur les AGR des femmes vulnérables dans la ville de Bukavu, ressortent le fait que la majorité d Dans la ville de Bukavu, l’activité informelle occupe plus de 77% de la population active parmi lesquelles figurent 60% des femmes détentrices  d'AGR(Activités Génératrices de Revenus) notamment dans le petit commerce. Ce sont en majorité ces catégories de personnes qui sont frappées par les mesures de restriction des mouvements des personnes. La décision prise par les autorités sur la fermeture des routes vers la ville de Bukavu pour éviter la propagation de la maladie a entraîné une grande incidence négative sur leurs activités et a renforcé la vulnérabilité socio-économique de ces femmes et jeunes filles de Bukavu.

En conséquence, les femmes exerçant de petites AGR(Activités Génératrices de Revenus) informelles à Bukavu sont désemparées, abandonnées à leur triste sort et ne savent plus exercer convenablement leur métier suite au circuit d’approvisionnement moins accessible, à la rareté des produits ainsi que suite au fait que la majorité d'entre elles a été obligée d'utiliser une partie importante de leurs petits capitaux d'affaires dans la prise en charge de leurs dépendants pendant la période de confinement dans la ville de Bukavu.

Elles sont nombreuses, ces femmes et jeunes filles chefs de ménages qui ont été victimes des guerres, de violences et qui sont aujourd'hui confrontées à la penderie de covid-19 dans la ville de Bukavu en province du Sud Kivu. Ces femmes et jeunes filles se battent jour et nuit en exerçant de petites AGR(Activités Génératrice de Revenus) pour nourrir, scolariser et faire soigner leurs enfants et membres de familles. Dans un pays où le taux de chômage est le plus élevé du monde, ce sont ces femmes qui constitue la colonne vertébrale de l'économie des ménages congolais qui dépendent du circuit informel. Quoi qu'analphabètes, la majorité de ces femmes et jeunes filles accompagnées par PIFEVA dans la ville de Bukavu, a acquis de l'expérience dans l'exercice des activités d'achat et vente des produits de consommation locale de première nécessités(les vivres et non vivres) qui sont adaptés aux besoins et contexte local. Elles mènent leurs transactions en Kiswahili ainsi que dans les langues locales et transfrontalières(le Mashi, le Kihavu, le Kilega, et le Kinyarwanda) qui facilitent les relations culturelles et entrepreneuriales, ce qui contribue également dans le processus de consolidation de la paix dans cette région caractérisée par une pauvreté généralisée suite aux problèmes de gouvernance et aux conflits armés et guerres à répétions connues ces vingt dernières années dans la ville de Bukavu en province du Sud Kivu à l'Est de la République Démocratique du Congo.

Raison pour laquelle, PIFEVA se compte implémenter un projet d'accompagnement des femmes œuvrant dans le secteur informel en situation de vulnérabilité pour parer à leurs besoins essentiels et prioritaires et à ceux de leurs familles, développer leurs capacités entrepreneuriales, les soutenir en vue du développement d’activités génératrices de revenus (AGR) faisant un recours pertinent au numérique, et les former afin de leur permettre d’être en capacité de rejoindre à terme le secteur formel, tout en leur apportant les informations nécessaires pour se prévenir contre le covid-19 et les autres pandémies dans la ville de Bukavu au Sud Kivu à l'Est de RD Congo.

Véronique Bulaya

Coordinatrice

Comments 5

Log in or register to post comments
Jill Langhus
Sep 05
Sep 05

Chère Véronique,

Comment allez-vous? Avez-vous pensé à créer un atelier de fabrication artisanale? Allez-vous également aider les femmes qui ont été victimes de la traite? Si c'est le cas, veuillez consulter mon initiative ... liluye.org.

Merci de partager vos intentions et vos objectifs et de nous avoir informés de la situation là-bas. Je suis désolé que la situation soit si grave là-bas. J'espère que vous et vos proches êtes en sécurité et en bonne santé.

XX

Andrace
Sep 05
Sep 05

Hi Véronique,
This initiative is awesome. Thoughtful of you to come up with such a project would would impact the life of many. Thank you for your service.

Love and hugs,
E. J.

Veronica Ngum Ndi
Sep 06
Sep 06

Dear Veronica
How are doing.I am very pleased we have somethings in common.We have the same name and a common vision at work.God bless you for the lives you are impacting and may you continue to break barriers without limit.
In Sisterhood
Veronica Ngum
Cameroon

jessg411
Sep 06
Sep 06

Thank you Veronique for this information and for the work you are doing with PIFEVA! It's sad to hear that women who have already gone thought so much are struggling through the pandemic. Best wishes and keep us updated.
Jess

Chi8629
Sep 19
Sep 19

Thank you for sharing Sister.