Sujet numero 1: Emission de carburant dans son pays et expliquer comment le réchauffement climatique vous touche dans votre vie de tous les jours. Ma chère , Le problème dont tu m’as écrit dans ta lettre ne concerne pas seulement ton pays car c’est un problème planétaire. Selon l’histoire, ce phénomène tire ses racines avec le développement de l’industrie au 18e siècle. Toutefois je salue la mobilisation de toute la communauté internationale pour juguler cette pandémie. C’est pourquoi la protection de l’environnement est devenue en enjeux majeur en même temps que s’impose l’idée de sa dégradation à la fois globale et locale à cause des activités humaines polluantes. Dorés déjà, j’applaudis la proposition de loi présentée par la ministre de l’environnement du gouvernement français, Mme S.R. devant le parlement. En matière de protection et préservation de l’environnement (7è de huit objectifs du millénaire pour le développement), mon pays dispose de tout un arsenal juridique mais c’est l’application sur terrain par les autorités qui pose problème .Aussi beaucoup de ces lois sont ignorées du public par manque de vulgarisation. La ville de Bukavu, province du Sud-Kivu,Rép.Dém.du Congo (RDC),où je me trouve, était jadis appelée la Suisse d’Afrique suite à son relief montagneux, ses lacs , rivières et son paysage verdoyant. Les pluies étaient abondantes et la saison sèche durait deux mois. Actuellement avec l’exode rural, l’activisme des milices armées dans le milieu rural, le chômage et la pauvreté etc…. n’ont pas cessé de faire galoper la démographie de la ville. L’occupation à outrance de la ville a occasionné l’abatage des arbres, des constructions anarchiques sur tous les sites mêmes impropres à la construction (sur les collines, aux abords des rives) . En milieu rural, les grands centres plus au moins sécurisés connaissent eux aussi le même phénomène. La déforestation en vue de la recherche des espaces cultivables a dénudé au fil des ans le sol provocant la disparition des terres arables, des inondations, des glissements de collines, une faible production et la famine. Bref, dans la ville, il y’a un grave problème de gestion des immondices et des déchets . Des perturbations climatiques (diminution de la pluviosité, le prolongement de la saison sèche, la diminution du niveau d’eau des rivières, des coupures de courant……etc). En milieu rural, c’est la perturbation des saisons cultivables. La participation active de nos dirigeants nationaux et locaux aux forums et autres assises internationaux traitant de cette problématique, commence à innover la gestion et les politiques menées jusqu’ici par ces mêmes responsables à tous les niveaux. Actuellement, l’autorité provinciale et urbaine s’emploie au curage des canniveaux, aux débouchages des avaloirs bouchés par les immondices et détritus et à l’implantation des arbres sur toutes les artères de la ville. Ces mêmes autorités municipales procèdent aux démolitions des maisons construites anarchiques sur les principales servitudes. Des projets et autres mesures pour la réduction des déchets par le recyclage des sachets non dégradables qui jonchent toute la ville sont entrain d’être élaborés. La concrétisation durable de tous ces efforts permettra la préservation du capital naturel de la ville par le respect du cycle du climat et de la protection de la biodiversité en vue d’une économie verte d’ici quelques années. Pour terminer, je suis optimiste que nos autorités vont tirer profit cette richesse mondiale que nous avons à notre portée. La RDC est parmi les trois grands pays ayant une foret tropicale capable de réglementer le réchauffement climatique. Selon les spécialistes, mon pays constitue 43% de poumon du monde. C’est une grande richesse vis-à-vis du monde. A 30 kilomètre de la ville de Bukavu, se trouve le Parc National de Kahuzi Biega(PNKB). C’est une réserve mondiale des gorilles. C’était ton amie Laetitia

Topic Environment

Take action! This post was submitted in response to Emagazine: Bridging Borders .

Comment on this Post

Comments

Bonjour Laetitia,

Votre connaissance des questions environnementales est impressionnante.... J'espère que la communauté internationale et les autorités locales sauront oublier certains intérêts industriels et d'exploitation minière pour protéger cette merveille qu'est le Congo. Chaleureusement, Aurore